Aller dans la salle Zoom
Créneaux disponibles :

Effet du biochar sur la production de mycomatériaux

Présenté par

Maïkan Bruel-Pilon, Techniques de bioécologie (Cégep de La Pocatière)

 

Partenaire(s)

https://www.fi3e-uqar.ca/wp-content/uploads/2024/04/biopterre_logo.jpg
https://www.fi3e-uqar.ca/wp-content/uploads/2024/04/1200px-Logo_Cegep_de_La_Pocatiere.svg_.png
Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme étudiant-chercheur en partenariat avec le Cégep de La Pocatière et Biopterre.

Les mycomatériaux sont le fruit de la liaison de substances organiques par un réseau de filaments d’hyphes qui créent un matériel 100 % organique, biodégradable et laissant une empreinte écologique très faible. Ils ont le potentiel de substituer certains matériaux polluants tout en revalorisant la matière organique résiduelle. Malheureusement, ils ont souvent tendance à être de texture similaire et a absorber facilement l’eau ce qui limite leur utilisation.

Cette étude visait à évaluer le potentiel du biochar comme amendement afin d’en observer l’effet sur la croissance mycélienne du Ganoderme luisant (Ganoderma lucidum) et conséquemment sur le développement de mycomatériaux plus performants. Lors des différents tests réalisés au cours de ce projet, trois biochars différents ont été utilisés afin de déterminer si les résultats allaient varier selon le type de biochar.

Ce projet a permis de déterminer, à l’aide d’une extraction et un dosage de l’ergostérol, que l’ajout de biochar au substrat de fermentation solide ne semblait pas avoir d’effet sur la croissance du mycélium.

D’autre part, des tests ont révélés que le type de biochar ajouté au substrat de croissance pouvait influencer la capacité d’absorption de l’eau des mycomatériaux.

De plus, dans le cadre de cette étude, le biochar n’a pas amélioré la résistance à la flexion des mycomatériaux.

Finalement, il n’a pas été possible de démontrer un effet positif de l’ajout de biochar sur la conception de mycomatériaux. Cependant, ce projet a permis de tester des processus permettant de caractériser l’effet d’un amendement. Il pourrait aussi servir d’exemple pour d’autres recherches qui souhaitent étudier le potentiel de l’utilisation du biochar afin d’améliorer les mycotechnologies.

Laisser un commentaire